Dimitri Kouznetsov

a commencé l'aquarelle après les leçons données par son grand-père, un retoucheur et artiste professionnel. Mais le dilemme s'est posé de continuer soit en tant qu'artiste soit en tant que chimiste. La chimie l'a emporté, et il est entré à l'Université de Moscou.

En 30 ans il s'intéresse et pratique la photographie. Son arrivé en Suisse à cette période de sa vie, lui a permis d'acheter un appareil photo en format moyen et de commencer à capturer des beaux jeux de lumière et d'ombres.

La révolution numérique en photographie, la dégradation de la rigueur du droit d'auteur et de la dévaluation de la photographie artistique en général le poussèrent à un mouvement naturel vers son ancienne passion pour mélanger les couleurs sur la palette. Cette pratique, polie par les cours privés de deux artistes russes professionnels, est maintenant devenue la base de son art, alors que le travail en studio lui donne l'espoir de suivre les œuvres de grands paysagistes comme Jacob van Ruisdael, Sylvester Shchedrin, Alexandre Calame, Ivan Chichkin et Albert Bierstadt vers l'art véritable.

Membre de la Société des Peintres de Montagne depuis 2012

peintures